Une année à Bauloy

Mon nom est Quentin, j’ai 22 ans. J’étudie à Louvain-la-Neuve et j’habite à la résidence universitaire Bauloy. Avant le blocus, je m’empresse de vous livrer mes impressions de l’année (presque) écoulée.

Initiatives apostoliques
Opus Dei - Une année à Bauloy

Je dis bien « avant le blocus », car il n’est pas question de se distraire pendant la période d’examens. A Bauloy, on travaille dur. La salle d’étude attire d’ailleurs pas mal de monde : on y bûche bien, le silence est d’or, et tout le monde est solidaire dans la souffrance…

Du reste, nous ne sommes pas seulement solidaires entre nous. En début d’année, nous avons participé aux Olympiades d’Etude Solidaire, organisée par une ONG de développement. Le principe est simple : « en étudiant, tu coopères. » Pour chaque heure d’étude, un euro est reversé par des sponsors à un projet éducatif dans un pays en voie de développement ( http://actec-ong.cyganet.be/fr/olympiades.html ).

Ne croyez pas non plus qu’on ne fait qu’étudier. On s’amuse aussi, en particulier à l’occasion des anniversaires des uns et des autres, qui donnent lieu à de grands shows, avec force sketches et taquineries en tout genre. Cette année, nous avons aussi perpétué deux traditions : le goûter des parents, réunissant les familles des résidents autour … de bonnes tartes, et le souper des anciens, occasion pour tous les alumni de Bauloy d’échanger des souvenirs de « la belle époque », celle où on est encore jeune et insensé...

Et on discute, on discute, vous ne pouvez pas imaginer. Mais tranquillement, bien entendu. On débat à table, lors du café après le repas, dans les couloirs de la maison. On a même organisé une discussion institutionnalisée : le TTD ou « Think, Talk, Do ». Je ne sais pas pourquoi il faut toujours faire appel à l’anglais pour ce genre de sigles, mais, soit, passons…

Le TTD est un nouveau concept à Bauloy : l’idée est de réfléchir, d’apprendre à exposer son opinion, et de tirer des conclusions pour l’action. L’Année de la Foi a été l’occasion de se pencher sur des questions touchant au sens de la vie et à la figure du Christ. Nous avons aussi débattu sur des thèmes philosophiques et éthiques comme les mères porteuses, « Le laïcisme, la laïcité et la neutralité de l'Etat », « La quête humaine de liberté : une recherche impossible ?, « Peut-on désobéir à une loi injuste ? », « Le progrès scientifique et technologique : une révolution au service de l'homme ? ».

Des invités extérieurs sont venus alimenter le débat, comme le directeur d’une ONG, qui nous a parlé de la coopération internationale en Haïti. Un autre intervenant fut le secrétaire du concours Reine Elisabeth, qui nous a bien évidemment parlé de musique et des plus grands virtuoses. Nous avons été tout particulièrement frappés par le témoignage des fondateurs de l’ASBL « Souffle de vie » qui vient au secours de mères en détresse et de leurs enfants. Le dernier exposé fut donné par Fatmir, un ami d’un résident : il nous a raconté son expérience du Kosovo et sa vision du conflit qui a déchiré son pays, indépendant depuis 2008.

Mais les étudiants de Bauloy n’entretiennent pas seulement leurs méninges : ils font aussi beaucoup de sport. Entre autres activités, nous avons participé au tournoi universitaire de football du Mundialito et nous sommes arrivés à nous qualifier pour la D1 : fameux exploit !

Et nous prions aussi, du moins ceux qui le souhaitent. Chaque jeudi soir, l’aumônier anime un moment de prière, dans la chapelle. Ceux qui le désirent peuvent participer à la messe à la résidence, presque tous les jours. Et il existe aussi la possibilité de participer à une retraite, à Dongelberg, près de Jodoigne.

Du reste, un grand événement de cette année a été la visite informelle de notre évêque (celui du Brabant Wallon), dans le courant du mois d’avril. Lors d’un goûter, les résidents ont eu l’occasion d’avoir avec lui une longue conversation à bâtons rompus. Mgr Hudsyn s’est intéressé tout particulièrement au fonctionnement de la résidence et à l’expérience des étudiants qui y vivent.