Saint Josémaria Textes du jour

“Vas-y ! Envole-toi !”

Je me considère comme un pauvre oisillon, habitué à voler d'arbre en arbre, ou tout au plus jusqu'au balcon d'un troisième étage... Or voici qu'au cours de sa vie ce petit oiseau s'est trouvé un jour suffisamment fort pour arriver jusqu'au toit d'une maison d'une hauteur modeste, qui n'avait rien d'un gratte-ciel... Mais soudain notre oiseau est emporté par un aigle, qui l'a pris pour un petit de sa race. Et, entre ses serres puissantes, le petit oiseau monte haut, très haut, au-dessus des montagnes de l...

...a terre et des sommets enneigés, au-dessus des nuages blancs, bleus et roses, et plus haut encore, jusqu'à ce qu'il arrive à regarder fixement le soleil... Alors l'aigle, lâchant le petit oiseau, lui dit: Vas-y ! Envole-toi ! (Forge, 39)

Notre cœur a besoin alors de distinguer et d'adorer chacune des Personnes divines. L'âme fait en quelque sorte une découverte dans la vie surnaturelle, comme une créature qui ouvre peu à peu les yeux à l'existence. Et elle amorce un dialogue d'amour avec le Père, avec le Fils et avec l'Esprit Saint; et elle se soumet avec simplicité à l'activité du Paraclet vivificateur, qui se donne à nous sans que nous le méritions: ce sont les dons et les vertus surnaturelles !

Nous avons couru comme le cerf, qui languit après l'eau vive; assoiffés, secs, la bouche en feu. Nous voulons boire à cette source d'eau vive. Sans rien faire d'extraordinaire, nous évoluons tout au long du jour dans cette abondante et limpide source aux eaux fraîches qui jaillissent jusqu'à la vie éternelle. Les mots deviennent inutiles, parce que la langue n'arrive pas à s'exprimer. Alors le raisonnement se tait, on ne discourt plus: on se regarde ! Et l'âme se met à chanter un chant nouveau, parce qu'elle se sent et se sait aussi sous le regard aimant de Dieu, à tout instant.

Ce ne sont pas là des faits extraordinaires. C'est, ce peut très bien être, ce qui arrive d'ordinaire en notre âme: une folie d'amour qui, sans spectacle, sans excentricités, nous apprend à souffrir et à vivre, parce que Dieu nous accorde la Sagesse. Quelle sérénité, quelle paix alors, une fois engagés sur le chemin resserré qui mène à la Vie!(Amis de Dieu, nos 306-307)