L’Opus Dei au cœur de l’Europe

Le développement de l'Opus Dei en Belgique, de 1965 à nos jours

Histoire
Opus Dei - L’Opus Dei au cœur de l’Europe

Toute histoire commence par la préhistoire, et celle de l’Opus Dei en Belgique remonte aux années 50, quand saint Josémaria, le fondateur de l’Opus Dei, parcourut notre pays à plusieurs reprises. Il est passé, entre autres, par Bruxelles, Bruges, Anvers, Gand, Liège, Namur et Louvain.

En 1965, quelques membres de l’Opus Dei arrivent à Louvain. Ce sont pour la plupart des étudiants venus de différents pays de l’Europe : Italie, France, Espagne. Ils ne possèdent pas grand-chose de plus que leur enthousiasme pour transmettre le message que l’Opus Dei répand depuis 1928 : la vie ordinaire est l’endroit de rencontre avec Dieu. C'est-à-dire que dans les ruelles de Leuven, dans les auditoires, dans les kots, parmi les notes de cours… en français ou en néerlandais, tout un chacun peut cultiver une vie de relation intime avec Dieu.

Ils ouvrent les premiers centres de l’Opus Dei en Belgique, les résidences Arenberg et Steenberg. Ces maisons sont, aujourd’hui encore, des foyers pour étudiants de toute croyance, origine ou idéologie. Certes, l’esprit chrétien imprègne la vie des résidences, ce qui se manifeste surtout par le climat de joie, de famille et de travail. De plus les étudiants et leurs amis ont la possibilité de participer à des moments de prière ou d’approfondissement de la foi catholique.

Quand les facultés francophones vont s’implanter à Louvain-la-Neuve, les étudiants souhaitent retrouver l’ambiance d’Arenberg et Steenberg : en 1977 vont s’ouvrir les résidences Neussart et Bauloy. Ces quatre résidences contribuent, génération après génération, à ouvrir les horizons des jeunes, à leur faire découvrir une méthode de travail, la culture d’autres continents, ou l’intensification de la vie de foi.

Les étudiants ne sont pas les seuls à s’intéresser à l’esprit de saint Josémaria. Dès la fin des années 60, la capitale de la Belgique accueille d’autres centres pour adultes : Elzela et Langeveld, qui seront suivis quelques années plus tard par Senna, Groenendael, Narval et Fontenelle. Promus par des parents, ces deux derniers mettent l’accent sur la formation des jeunes au moyen de l’étude, du sport, du théâtre et de bien d’autres activités de détente.

En 1979 le domaine de Dongelberg est mis à la disposition des activités de l’Opus Dei grâce à la collaboration de nombreux coopérateurs et amis. Cette maison a permis à des milliers de personnes de participer à des retraites, rencontres internationales, colloques, séminaires de formation et autres. Les services hôteliers du Centre de séminaires de Dongelberg sont assurés par Le Chêneau, centre adjacent où des jeunes filles participent notamment à des activités d’initiation à l’hôtellerie. Il est connu dans la région pour son traditionnel Concours européen de montages en chocolat.

Dans les années 80, les activités que l’Opus Dei réalisait depuis des années à Anvers donnent lieu à l’ouverture des centres Middelheim et Oosterweel.

La Prélature en Belgique compte actuellement environ 350 membres, dont 12 prêtres. Des activités de formations sont aussi organisées, entre autres, à Gand, Liège, Namur, Hasselt, toujours avec l’approbation de l’évêque local.