Le lion Asbar au club Fontenelle

Les 25 et 26 avril derniers, vingt-deux artistes en herbe, membres du club Fontenelle de Bruxelles, ont offert un spectacle musical conçu par elles-mêmes, au profit d’une campagne de vaccination d’enfants de la rue

Initiatives apostoliques

Les familles se pressaient nombreuses dans la salle du Centre culturel de Russie ces samedi et dimanche après-midi, pour assister aux aventures inédites du Roi Lion Asbar. A la recherche de son fils perdu, celui-ci rencontrait différents personnages tout aussi malheureux que lui, consolait l’un, encourageait l’autre… L’histoire se terminait bien, car il retrouvait son petit Léo, mais aussi, comme le lui faisait remarquer un bon génie, parce qu’il avait pu redonner espoir à tous ceux qu’il avait rencontrés. Les dialogues et les danses alternaient avec les meilleures chansons des films de Walt Disney, interprétées par une quinzaine de choristes.

Ce sont les membres du club Fontenelle elles-mêmes qui ont élaboré l’histoire et les dialogues, et depuis septembre dernier, appris les danses, répété les chants, imaginé les jeux de scène, élaboré décors et accessoires de leur costume, sous la direction d’Elena, leur professeur de chant.

Les vingt-deux artistes, âgées de neuf à quinze ans, offraient pendant l’entracte le CD des chansons, toutes fières de soutenir, par le fruit de la vente et des entrées, une campagne de vaccination d’enfants des rues de New Delhi organisée par la fondation Family Health Care.

A en juger par les applaudissements, le public a apprécié la prestation. Quant à Francesca, coordinatrice du spectacle, elle souligne les défis que la vingtaine de filles ont dû surmonter : s’engager à venir régulièrement et même pour des répétitions supplémentaires ; apprendre à suivre les consignes du chef de chœur pour fondre leurs voix ; travailler en équipe ; s’investir pour arriver à un résultat… autant d’attitudes que le club Fontenelle cherche à encourager par ses activités. Quand les filles s’enthousiasment, elles sont capables de beaucoup donner d’elles-mêmes, et c’est une grande joie de les y aider, conclut Francesca.

Nous espérons pouvoir continuer ce travail avec elles et avec beaucoup de leurs amies au camp d’été que nous aurons dans le Limbourg du 2 au 10 juillet.