Histoire d'une guérison miraculeuse

Hellen Katty Flores Gallo avait onze ans, était une petite fille sportive, enthousiaste et en pleine forme quand soudainement elle se sentit male. Les médecins lui diagnostiquèrent une maladie grave. Elena, sa mère, pria intensément la prière au bienheureux Josémaria Escriva et la petite fille après quelques jours critiques fut soigné en un seul jour. La science n'explique pas sa guérison.

Sur l'Opus Dei

4 juin 2000

Hellen Katty est l’aînée de quatre enfants. Sa mère, Elena Gallo de Flores, est employée dans l’entreprise de services d’égouts de Piura, et son père, Enrique Flores, est sous-officier de la Force aérienne du Pérou (FAP).

En 1994, Hellen Katty allait à l’école primaire du centre éducatif de la Cité des sous-officiers FAP de Piura, où elle habite. Un jour, Elena remarqua que l’enfant avait une démangeaison persistante à la jambe. S’approchant pour mieux le constater, elle se rendit compte qu’elle avait quelques petits points rouges ; elle pensa qu’il s’agissait d’une allergie banale et que, par conséquent, cela disparaîtrait rapidement. L’enfant alla se coucher, mais Elena qui, au fond, était préoccupée, se leva la nuit pour la voir, sans la réveiller, afin de ne pas l’effrayer. Elle s’aperçut alors que l’oreiller d’Hellen était taché de sang, qui lui sortait de la bouche et de la tête.

Le lendemain son époux amena la fillette au dispensaire de la FAP. Le docteur lui dit qu’il s’agissait d’une fragilité capillaire et lui recommanda immédiatement une analyse de sang. Le résultat des examens ne fut pas satisfaisant : l’enfant avait un faible taux de plaquettes, et par conséquent son sang ne coagulait pas normalement. Enrique revint chez lui soucieux. Avec son épouse ils décidèrent de transporter l’enfant à l’hôpital de la FAP à Lima. Elena demanda la permission de s’absenter de son travail et put faire le voyage avec Hellen Katty.

À l’hôpital

À leur arrivée le docteur Consuelo Astete les attendait aux urgences. Elle examina la fillette et, vu la gravité de sa situation, ordonna son hospitalisation.

Le docteur Jorge Vargas, qui prit aussitôt en charge Hellen Katty, prescrivit de nouvelles analyses et constata la diminution continue du taux de plaquettes, qui atteignait un niveau inférieur aux limites physiologiques. Les spécialistes diagnostiquèrent une forme grave de « purpura thrombopénique idiopathique ». Le docteur Vargas informa Elena de l’état grave de l’enfant et lui demanda d’appeler son époux à Piura pour qu’il vienne à Lima. Cette nuit-là, Elena la passa à veiller. Le médecin lui avait demandé d’observer Hellen, car elle s’affaiblissait de plus en plus.

Les nouveaux examens que l’on fit alarmèrent à nouveau le médecin. Quand, vers 11 heures du matin, il alla voir l’enfant, il se tourna vers sa mère et lui remit une image du bienheureux Josémaria Escriva que le docteur Consuelo Astete lui avait envoyée deux jours auparavant et qu’il avait oublié de donner à Elena.

La guérison

Dès qu’elle reçut l’image du bienheureux Josémaria, Elena se mit à réciter la prière avec insistance et beaucoup de ferveur, en demandant que sa fille soit sauvée. De temps en temps elle plaçait l’image sous l’oreiller d’Hellen. Bien que ne connaissant pas le bienheureux Josémaria, en le regardant, elle sentit que sa foi s’éveillait.

D’après les souvenirs d’Elena, l’enfant était préparée et on s’attendait à ce qu’elle meure ce jour-là. Le matin on fit un autre examen, et à 3 heures de l’après-midi de ce même jour, jeudi 22 septembre, le docteur Vargas revint avec les résultats de l’examen. Il avait de bonnes nouvelles. En voyant Elena, il lui dit : « Madame, votre foi a sauvé votre fille ; le taux de plaquette a remonté à 140 000. Dites au docteur Astete que la récitation de la prière de l’image a obtenu le miracle. »

Il ne s’agissait pas d’une simple augmentation de plaquettes, mais de la guérison subite et totale. La fillette n’a eu besoin d’aucun traitement ultérieur, car elle était complètement guérie.

Elena, sa mère, assure depuis ce moment que la guérison est due à l’intercession du bienheureux Josémaria. Elle n’en a jamais douté ; au contraire, elle a toujours démontré sa reconnaissance en rendant témoignage de ce qui était arrivé. Avant de revenir à Piura elle a conduit sa fille à la messe pour remercier Dieu de la guérison.

Une image dans son sac à dos

Hellen Katty a maintenant 17 ans. Le docteur Cannata lui fait périodiquement des analyses de sang, mais ses plaquettes ont un niveau normal. Elle se prépare actuellement à entrer à l’université nationale de Piura : elle veut faire des études d’informatique. Depuis qu’elle est sortie de l’hôpital elle porte toujours avec elle dans son sac à dos l’image qu’elle appelle « l’image du miracle ». Elle l’emporte partout et raconte l’histoire à ses amis. Elle demande au bienheureux Josémaria de l’aider dans ses examens et dans beaucoup d’autres choses.

Elena assure qu’elle vit à présent avec la grande joie d’avoir reçu cette faveur. Même si elle a des ennuis d’argent, elle est heureuse d’avoir compris l’importance d’autres sortes de valeurs que celles qui sont purement matérielles.

  • Fabiola Morales // Semana (Pérou)